Experts à la une

E
Alain Corban
Pdt
E
Sophie Roger
Fondatrice/Dirigeante Agence SAND
E
Bruno VIALLEFONT
Marketing
E
Christelle DOS SANTOS
Directrice Marketing Direct Associée
E
Jean-Marc Touzard
Consultant Transformation Numérique
E
Fabien LE GALL
Chargé d'études économiques
E
Denis Henri
Responsable Marketing, Content & Social Media
E
Karl Pommereul
Marketing direct: e-CRM/CRM/PRM & Communication Corporate
E
Maël Roth
Content et Inbound Marketing
E
Pierrick Le Bourdiec
Pierrick Le Bourdiec est consultant éditorial, Social Media Manager et concepteur-rédacteur à Paris
E
Hervé GONAY
CEO GETPLUS
E
Julien Thiboust
Community Manager
E
Lydie Francart
International Marketing Manager
E
Dolores Fraguela
Directrice Conseil - KomadoK
E
Julien CARLIER
Early digital native, #somehowGeek. Grown in events management and digitalization. Social Media Speaker and entrepreneur. With family, fun, kite, sailing...
E
Antoine Fournier
Senior Pre-sales consultant
E
Bruno Fridlansky
co-fondateur et CSMO chez SoShake
E
Sophie Callies
Fondatrice
E
Laurent Bour
Consultant Social Media | Rédacteur | Formateur
E
Guillaume Rigal
CMO / Head of B2B
E
Bruno Bensalem
Entrepreneur - contenu2web.com
E
Philippe Guihéneuc
DG chez The Message Company
E
Alex Farro
Ceo Tivipro & Screenfizz, passionate about new media. Love paragliding & Kite surfing and most of all happy father of 3 girls.
E
Denis Fages
Président de VideoTelling
E
Isabelle CLEMENT
Social Media Manager
E
Evelyne Platnic-Cohen
Fondatrice Booster Academy
E
Julien, Noronha
Gérant
E
Yann Gourvennec
fondateur de visionarymarketing.com
E
Fadhila Brahimi
Coach et speaker en Stratégie de présence sociale et de communication web
E
Hervé Kabla
Directeur général de Be Angels, agence social media
E
Thomas Benzazon
Journaliste
E
Karima Oueslati
Responsable pôle Emailing / Affiliation
E
Mohamed Khodja
Chef de Service Marketing Online
E
Anthony de Anfrasio
Creative director
E
Joel Peguret
Chef de service

Question à la Une

Relancez-vous vos clients la veille pour confirmer vos rendez-vous commerciaux ?

Il est d'usage de confirmer ses rendez-vous par mail après obtention, bien que beaucoup de commerciaux passent à travers cette étape ( environ 50% selone "IKO System"). En revanche, deux "écoles" s'opposent sur la re-confirmation des rendez-vous la veille, de peur qu'ils sautent....

Répondre

VOIR TOUTES LES QUESTIONS (Cliquez ici)

E
E
Mohamed Khodja

Chef de Service Marketing O...

Mohamed Khodja

Chef de Service Marketing Online

Twitter LinkedIn Site web


05 mai à 12h56

Mohamed Khodja a posé la question

La notion de SEO doit elle disparaître au profit de celle d' inbound marketing ?

Dans sa vidéo ( http://www.seomoz.org/blog/why-we-cant-just-be-seos-anymore-whiteboard-friday ) "Rand", présente son point de vue sur l'évolution du SEO qui nécessite de s'adapter aux nouveaux enjeux du marketing digital. Il faut selon lui faire évoluer et assimiler le SEO à "l'inbound marketing". Partagez-vous ce point de vue ? Considérez-vous qu'il faille mettre toutes les disciplines sous le même chapeau (analytics, social media, contenus, référencement naturel -seo-) ou que bien au contraire continuer à les distinguer compte tenu de l'expertise prononcée que requiert chacune d'elle ?

SEO / Référencement de site
seo
sem
inbound
100 %
100
Oui
0 %
0
Non

Laurent Bour et 4 autre(s) personne(s) ont répondu

Attachez un fichier
Vous pouvez répondre au sondage de cette question
Oui
Non
Ajouter une photo
+ Ajouter une autre photo
Ajouter une vidéo
Ajouter un podcast widoobiz.com

Les réponses

E
E
Julien Thiboust

Community Manager

Reso+

Julien Thiboust
Community Manager
Cette réponse a été approuvée(s) par (6) expert(s)

07 mai à 21h08

Bonsoir Mohamed, je vais essayer de commencer à répondre à cette question en espérant que d’autres réponses alimenteront ce sujet très intéressant. Il y aura surement matière à rédiger un bel article à partir des contributions de chacun.

Plusieurs méthodes, compétences et canaux permettent de faire du référencement. Comme l’indique Rand dans son explication, le référencement regroupe le travail de linking, les contenus, les mots-clés, l’optimisation des pages web et du site web, etc.

Et grâce à tout ça, on récupère du trafic sur son site web et le tour est joué : on a des nouveaux clients ! Evidemment, c’est faux. Aujourd’hui, le SEO ne suffit pas pour que le visiteur devienne un acheteur. Et c’est là que l’Inbound prend tout son sens.

Au vu de l’évolution du comportement de l’acheteur sur Internet, on ne pourra plus se contenter de faire seulement du SEO. Le SEO n’est qu’un élément parmi tant d’autres, qui composent la première étape de l’Inbound Marketing. Se reposer uniquement sur le référencement est insuffisant. Il suffit de regarder ce que proposent les agences d’Inbound Marketing. Proposent-elles seulement de l’audit de référencement et un CRM pour acquérir un client ? Non. Elles proposent toute une batterie d’éléments pour amener/exploiter du trafic vers le site web de l’annonceur. Le référencement en fait bien sur partie.

Le SEO n’est pas une compétence. Le SEO requiert des compétences et est considéré comme un métier. L’Inbound Marketing est une stratégie marketing alors que le SEO est un métier, comme l’est aussi le community management, la relation presse, la prospection commerciale, le support client, etc.

L’enjeu est d’intégrer tous les métiers dans une stratégie globale d’Inbound Marketing pour : être visible ; amener du trafic ; acquérir des lead ; traiter les pistes ; convertir en clients ; proposer de nouveaux produits et services.

Le SEO ne va pas disparaitre. Il a un nouveau rôle à jouer, couplé à d’autres métiers (community management, rédacteur web, relation presse, etc) pour que l’annonceur gagne en visibilité sur le web.

Commenter Signaler cette réponse comme spam ou inapproprié

E
E
Laurent Bour

Consultant Social Media | R...

Laurent Bour

Consultant Social Media | Rédacteur | Formateur

Julien, Ta réponse est très pertinente et tout le mérite te reviendrait d'écrire l'ébauche d'un article. Mohamed a soulevé ici une très bonne question et je vais attendre un peu avant d'y répondre, histoire de ne pas reprendre tes fondements.

Cecile Bellanger

Chef de projet web marketin...

Cecile Bellanger

Chef de projet web marketing

Bonsoir, Merci, au passage pour cet excellent sujet mis sur la table et la grande qualité des réponses déjà apportées. Julien, tu as entièrement raison, c'est effectivement une vision assez particulière des choses. On mélange les genres ( pour ne pas dire les choux et les carottes). L'inbound marketing est une stratégie, qui pour être menée à bien nécessite l'utilisation de différents leviers, dont le SEO. Je pense que le SEO n'est pas mort, bien au contraire...la concurrence sur le net étant de plus en plus forte...En revanche, une chose est sûre, chaque métier devra comprendre et tenir compte des spécificités des autres pour optimiser les retombées d'un stratégie d'inbound marketing.

E
E
Mohamed Khodja

Chef de Service Marketing O...

Mohamed Khodja

Chef de Service Marketing Online

Bonsoir à tous, Je pense que nous sommes tous unanimes (en tout cas pour le moment) sur notre conception du SEO. Les arguments de chacun sont d'ailleurs largement pertinents. Pour faire simple, le SEO à mon sens reste une moyen à part entière qui permet de mener à bien une stratégie d'inbound marketing définie. Un moyen, comme le sont les réseaux sociaux, le contenu, l'analytics etc...Il est un pilier parmi d'autre, mais un pilier indispensable. Il est vrai que les derniers changements, et précisément le passage de Penguin et Panda ( cf Pierrick un peu plus loin), ont eu ( et l'auront encore plus dans les mois à venir) un impact sur le SEO au quotidien...mais globalement dans l'intérêt d'internet. Il est beaucoup plus difficile de tricher maintenant. Le SEO qui était une discipline qui se suffisait à elle même, doit se repenser; elle ne peut plus être exercée sans considérer les autres disciplines toutes aussi pointues qui sont impliquées dans une stratégie d'inbound; Il en est de même pour toutes les disciplines concernées. Elles sont donc toutes dépendantes et au service de l'une et de l'autre. Le marketing digital devient plus complexe; Le niveau d'expertise dans chacune des disciplines précédemment citées (community management; SEO, analytics..) devra sans cesse être revu à la hausse. Nous aurons, et je dirai même nous avons déjà besoin de vrais stratèges pour ces disciplines. Car, par expérience, n'est pas un expert de ces dernières qui veut. Elles nécessitent chacune de la pratique, de la technicité, de la hauteur de vue mais surtout de l’expérience. Considérer pouvoir toutes les intégrer et porter la casquette de super " Digital Marketeur" reviendrait à les sous-estimer... Il serait intéressant d'avoir le point de vue d'experts SEO...

E
E
Pierrick Le Bourdiec

Pierrick Le Bourdiec est co...

Pierrick Le Bourdiec
Pierrick Le Bourdiec est consultant éditorial, Social Media Manager et concepteur-rédacteur à Paris
Cette réponse a été approuvée(s) par (4) expert(s)

08 mai à 4h26

Les principes de la SEO sont clairement en perte de vitesse : il est fini le temps où quelques mots-clés disséminés au fil des pages d'un site web suffisaient à lui assurer une bonne place en première page de Google. Les algorithmes de Panda et Penguin ont rempli leur mission et aujourd'hui on ne peut plus vraiment tricher pour optimiser le référencement. Seuls les contenus de qualité ont véritablement une chance d'être pris en compte par les Google bots. Les professionnels doivent se rendre à l'évidence, non seulement l'Inbound Marketing (IM) est plus efficace que la SEO pour un référencement tangible, mais en outre il génère un meilleur ROI. N'est-ce pas cela, au fond, la priorité absolue des marketers ?
Beaucoup d'experts du référencement m'ont affirmé que, SEO ou IM, c'était du pareil au même. Je serais plus nuancé : l'IM ne remplace pas la SEO, il va juste plus loin en tant qu'outil marketing. Il s'inscrit en effet dans une logique de résultat. L'Inbound Marketing oblige à produire du contenu de qualité et surtout du contenu utile pour une cible (infographies, livres blancs, tutoriels...). À l'inverse de la SEO, qui n'implique que le respect du bon sens et certaines règles liées aux divers algorithmes en vigueur, l'IM oblige à l'élaboration de véritables stratégies de contenu à long terme où l'information, pour générer du trafic et du revenu, doit impérativement remplir quatre conditions. Elle doit être pertinente (faut-il vraiment rappeler qu'elle doit avoir un rapport avec ce que l'on vend ou avec ce que l'on est, que l'on soit B2B ou B2C ?), visuellement attractive (le responsive design est quasi-obligatoire, à condition que l'on finisse par admettre que le web mobile prend le pas sur le web traditionnel) et commercialement incitative (les landing pages bien conçues avec un call-to-action irrésistible, sont un must), et tout cela à condition de précisément identifier ses buyer personas.
La SEO "intelligente" fait partie des préliminaires lors de l'élaboration d'une stratégie IM et devient un prérequis lors de son implémentation. Utilisée seule, elle présente de sérieuses faiblesses en raison du degré actuel d'exigence des internautes et des impératifs techniques de plus en plus stricts des moteurs de recherche. Avec la SEO, on raisonne en termes de trafic ou de visiteurs. Avec l'Inbound Marketing on se projette au-delà de la notion de visite : on pense client et évidemment... vente. S'il est convaincu, l'internaute devient buyer persona... et comment mieux convaincre qu'avec du contenu de valeur ? Voilà pourquoi je suis persuadé que sans faire disparaître SEO ou IM, il faut déjà raisonner en CMO : c'est-à-dire en Content Marketing Optimization !

Commenter Signaler cette réponse comme spam ou inapproprié

E
E
Julien Thiboust

Community Manager

Julien Thiboust

Community Manager

Bonjour Pierrick, merci pour ta réponse très claire et tes précisions sur l'IM. Je suis parfaitement d'accord avec toi. Le SEO ne se suffit pas à lui seul et il ne faut pas le surestimer : il crée de l'impression et il vise du trafic. Il amène un internaute qui n'est encore qu'un simple visiteur, et non un buyer persona. Il n'amène pas une piste, et encore moins un client.

charles benoit

dirigeant

charles benoit

dirigeant

Bonsoir, Mon anglais étant assez limité, je me base sur le résumé de la question et les différents commentaires pour donner mon avis. Voilà un an que j'exerce en tant que community manager; Deux de mes principaux clients sont devenus actifs sur les réseaux sociaux car le SEO ne donnait plus de résultats assez satisfaisants. Les webmasters des entités en question en charge du SEO, étaient complètement perdus sur la partie contenu. C'est pourquoi, je pense que chacun doit capitaliser sur ses compétences acquises. J'aime beaucoup cette notion de CMO que vous mentionnez dans votre réponse.

E
E
Laurent Bour

Consultant Social Media | R...

Laurent Bour
Consultant Social Media | Rédacteur | Formateur
Cette réponse a été approuvée(s) par (2) expert(s)

11 mai à 10h49

Bonjour Mohamed,

Après avoir lu chaque commentaire pertinent en suscitant un vif intérêt pour la question, il me semble que se dégage une nette volonté à tirer chaque méthode vers le haut, jusqu'à se démarquer sans cesse de l'existant qui a su faire ses preuves. Il n'est plus seulement indispensable d'être vu, mais il faut savoir créer des leviers pour attirer, fidéliser, et conserver un consommateur.

Mettre toutes les disciplines sous un même chapeau serait à mon sens dangereux, car on fini toujours par revenir aux fondamentaux un jour ou l'autre, ne serait-ce que pour créer à nouveau une différenciation en repartant de l'existant... un peu comme la mode.

Je prône d'avantage le rôle d'expert dans chaque domaine... mais il y a encore un net danger (paradoxe ?) car là demeure la mentalité française qui prend peur de l'émergence de ces nouveaux leviers. Le risque d'être mis sur le banc de touche si on se met pas à la page... etc. Manque de culture web qu'on cherche parfois à entretenir pour éviter de perdre sa position. Tous ces constats devraient au contraire faire sortir l'innovation, au risque de voir nos camarades autre-atlantique déferler sur l'hexagone.

 

_____

 

Je me place donc en retrait du cas traité pour le ramener à une généralité constatée, et que je cherche à défendre au travers du community management quand je le visualise sur le terrain. C'est ici la même chose, on resserre l'étau, on se démarque, on affine, on ajuste, on se montre, on crée le buzz... tout cela a un impact sur la visibilité de l'entreprise, et c'est exactement à l'échelle du web et en amont de ce constat que l'inbound marketing se positionne.

Faire venir les clients à soi plutôt que d'aller les chercher, nécessite souvent de "contourner" les mécanismes connus et de prôner la relation en l'humanisant, et ça montre en ces instants les rôles majeurs de ces nouveaux métiers émergeants. L'inbound marketing même s'il n'est pas palpable est un prolongement logique des techniques SEO,... jusqu'alors misent en place. Il n'y a pas encore substitution mais volonté à créer un engagement.

Il y a énormément à développer dans ces approches dont fait partie l'inbound marketing, et c'est pourquoi après avoir lu tout ces riches commentaires, je tenais à faire ressortir un principe émergeant, et qui tend de plus en plus vers ce point : "l'humanisation".

Pour détendre un peu : J'aime cet exemple d'une femme qui se fait belle dans le but d'être désirée, elle attend simplement qu'un homme vienne à elle sans même aller le chercher. C'est pour cela que la femme est un des leviers les plus convoité en communication. Quand je dis que les femmes ont le marketing dans la peau !

 

Commenter Signaler cette réponse comme spam ou inapproprié

E
E
Julien Thiboust

Community Manager

Julien Thiboust

Community Manager

Laurent, je te rejoins sur ton point de vue et notamment sur l'humanisation. En parallèle, je rebondis sur la problématique que tu soulèves concernant l'éducation des entreprises françaises aux nouvelles pratiques du web. Les TPE et PME s’imprègnent peu à peu de la culture web. Elles veulent un site web et plébiscitent des services de SEO, de SEM et de CRM. Mais il reste encore à les éduquer sur le reste, et notamment sur l'enjeu des réseaux sociaux, le marketing automation, la stratégie de contenus (etc) pour avoir un site web vraiment efficace, qui génère du trafic qualifié, des leads, et à terme des clients. Il faut surtout les éduquer sur le fait qu'on n'arrive pas en première page Google du jour au lendemain, et qu'il ne sert à rien d'avoir 10 000 visites/mois si elles ne sont pas qualifiées et/ou exploitées à bon escient.

Clémence Bertolini

Commerciale B2B | 

Clémence Bertolini

Commerciale B2B | 

L'humanisation Alors là Laurent, je me lève et te fais une standing ovation à moi toute seule ! (Pardon pour ce commentaire stérile dans la discussion, mais je ne pouvais pas me taire) (Au passage, l'exemple de la femme qui met en avant ses atouts et talents est une excellent image)

E
E
Jean-Philippe Déranlot...

consultant usages, méthodes...

Jean-Philippe Déranlot
consultant usages, méthodes et organisation informatique et web 2.0

08 mai à 11h41

Je trouve cette question et ce débat très instructifs. Je ne vais pas rajouter quelques subtilités sémantiques inutiles après ce qui vient d’être développé, mais simplement vous faire partager mon ressenti (i.e. par définition subjectif) sur l'évolution des mœurs 2.0.

En préalable, et pour comprendre mon point de vue, sachez que je travaille dans le B2B. J’ai un http://www.efficacitic.fr/conseil-formation-gestion-numerique/">site-blog sur lequel je publie, d’une part, des billets en relation directe avec mes prestations (i.e. : levier commercial) et, d’autre part, des billets sur des réflexions et points de vue collatéraux à mon métier. J’ai aussi une vie sociale terrain importante (secrétaire général http://www.cinov-it.fr">CINOV-IT (alter-ego du Syntec Numérique pour les TPE/PME), membre de la commission entreprise numérique de la CGPME, membre de l’http://www.institutxerfi.org/">Institut Xerfi, membre de différentes associations (les http://admindevilsbrequins.wordpress.com/">Devil’s Brequins (motards), l’Association des Amis du Musée de la Batellerie (http://associationaamb.blogspot.fr/">AAMB) de Conflans Ste-Honorine et bénévole des http://www.relaisenfantsparents.be/missions.php">Relais Enfants-Parents).

J’ai pris conscience depuis quelques mois, que ma « visibilité professionnelle 2.0 » et mes activités sociales terrain (professionnelles, loisirs et sociétales) produisent une synergie involontaire et naturelle qui contribuent à ce que je sois de plus en plus sollicité et visible, notamment sur le plan professionnel. En dehors de mon blog professionnel, ma démarche est motivée essentiellement par des convictions et des valeurs que j’ai à cœur de partager. Cette expérience heureuse et non préméditée, m’amène à observer autour de moi, et principalement dans mes cercles professionnels, de plus en plus de personnes qui cherchent (inconsciemment ou non) de la vraie relation. Certaines disent vouloir privilégier « la vraie vie » et prendre leur distance avec les relations 2.0. Il n’est pas impossible, me diriez-vous, que je fasse aussi une sélection naturelle et inconsciente de mes réseaux...

Aussi, j’ai tendance à relativiser l’importance que l’on donne (ou que l’on doit donner) à tous ces moyens et concepts marketing dont nous disposons et qui sont de plus en plus accessibles. Vous aurez noté que je "relative", je ne dis pas qu'ils sont inutiles.

Commenter Signaler cette réponse comme spam ou inapproprié

Cecile Bellanger

Chef de projet web marketin...

Cecile Bellanger

Chef de projet web marketing

Je suis d'accord avec toi Philippe sur le fait que l'on a trop tendance à vouloir abuser des concepts marketing et je dirai même à vouloir complexifier les choses comme si elles ne l'étaient pas assez.

E
E
CHRISTELLE

Digital Project Manager UPS...

CHRISTELLE
Digital Project Manager UPSA chez Bristol-Myers Squibb

08 mai à 8h18

Je pense qu’il faut « travailler » en amont ses contenus, son image avant de le publier sur le web. Plus un site et/ou un blog est mis à jour plus il a de chance d’être « screener » par les moteurs de recherche. Une présence sur le web est un travail cohérent de tous les leviers existants (seo, sea….), c’est cet ensemble qui permet d’accroître in-fine la présence digitale de son entreprise ou de sa marque.

Commenter Signaler cette réponse comme spam ou inapproprié



Loading...

Les experts à la une du marketing digital
B to B

Entreprises B to B : elles viennent de contribuer

Business to business

QUESTIONS / réponses
ÉVÈNEMENTS
Opportunités
 
 
NOS PARTENAIRES